IL RE PASTORE      

Théâtre du Châtelet   -   Février 2015

W. A. Mozart

livret : Métastasio - 1775

1/21

Direction musicale                                 JEAN-CHRISTOPHE SPINOSI
Mise en scène                                                              OLIVIER FREDJ  

Scénographie et Costumes                                       NICOLAS BUFFE
Éclairages                                                                  RENAUD CORLER

Récitatifs électroniques                                       ANTOINE SOUCHAV
 

 

Alexandre                                                                       RAINER TROST 

Aminta                                                                              SORAYA MAFI

Elisa                                                                    RAQUEL CAMARINHA 

Tamiri                                                            MARIE-SOPHIE POLLACK

Agenore                                                                       KRYSTIAN ADAM

 

Ensemble Matheus

« Serenata : Tapage nocturne » (définition de Boisrobert 1646)


Créer une mise en-jeux

Nous souhaitons montrer la rencontre de trois mondes :

Le symbolisme mythologique de la Macédonie d’Alexandre le Grand : utiliser l’imagerie des grands mythes pour rendre visuellement l’universalité de la recherche du bonheur et les philosophies développées dans l’œuvre.

La vivacité baroque du jeune Mozart : par la musique comme vecteur émotionnel mais aussi par les références au grotesque et au baroque tant en peinture qu’en architecture.

L’univers des jeux vidéo, des mangas et du futurisme de notre génération : une multiplicité de robots, super pouvoirs, éléments de dessins animés ou paysages de jeux, autant d’influences qui peupleront l’espace et les costumes,  transposées dans la réalité scénique.

Trois codifications différentes, vue avec nos yeux de trentenaires nourris à Casimir, aux Tranformers, à Mario Bros, à Space Invaders ou à Bioman.

Il s’agit de mettre en jeux des quêtes : du pouvoir, de l’Amour. Il s’agit de choisir le bon chemin, de remplir sa mission, de rejoindre la princesse : autant d’ambitions universelles, collectives et individuelles de tous temps.

Il s’agit de rendre concrète la virtualité du jeu sur un plateau de théâtre, ses images fortes mais aussi ses règles systématiques, ses obstacles et ses bonus, pour exprimer la surréalité et l’exemplarité des personnages. Et laisser à la musique le soin d’en dire l’humanité.

En utilisant et en mécanisant l’imagerie et les systèmes des jeux de plateforme des années 80-90, nous grossirons la réalité et rendrons dans l’espace, les menaces et les obstacles, tant politiques qu’émotionnels. Le tout avec le même œil ironique et amusé et l’ardeur adolescente qu’un Mozart de 19 ans.

Il Re pastore est une serenata. Un « tapage nocture »,  définit Boisrobert.

C’est ce que nous avons décidé de mettre en scène, un tapage nocturne : qui fait du bruit, qui en dérange parfois certains, qui en amuse d’autres mais qui donne avant tout envie de rejoindre la fête. 

© 2017 Olivier Fredj